Piéton ? Les astuces de Seraphin pour affronter la ville

Bus, trams, voitures, motos, vélos, mobylettes, taxis… Autant de moteurs rugissants, de sonnettes cinglantes, de klaxons hurlants qui dévalent les rues à toute allure. En tant que piéton on peut donc avoir, à juste titre, quelques réticences à se jeter à corps perdu dans la circulation.

Seraphin vous livre donc quelques règles de sécurité qui vous permettront de survivre à la jungle urbaine, tel un Mowgli des temps modernes. Nouez votre pagne et prévenez Akela : vous sortez !  

Les règles de sécurité routière, vos alliées

On vous les rabâche sûrement depuis votre plus tendre enfance, ces règles : « regarde à droite et à gauche avant de traverser », « ne traverse que lorsque le feu est rouge », « emprunte le passage pour piétons »…

Seulement voilà, des années plus tard, il semble bien souvent que ces recommandations soient devenues de vagues échos. Il vous est déjà arrivé de passer au rouge, de négliger un passage pour piéton à une vingtaine de mètres pour gagner du temps… Et vous êtes toujours là.

Achetez-vous vite un billet de loto, car vous êtes un sacré veinard. Un peu moins de 5000 piétons belges n’ont pas votre bonne étoile et sont blessées ou meurent dans un accident chaque année. Voulez-vous vraiment compter sur la chance pour échapper au pire ? 

Vos droits et devoirs de piéton

En tant qu’usagers vulnérables, les piétons sont protégés par la loi. Les conducteurs de véhicules ont en effet l’obligation de céder le passage aux piétons, si ceux-ci sont engagés sur la chaussée. Cependant, la loi ne vous sauvera pas la mise et n’empêchera pas tous les accidents. Ne comptez donc pas sur les automobilistes pour assurer votre sécurité.

Par conséquent, voici quelques conseils pour une promenade urbaine sans problèmes.

  • Marchez sur les trottoirs et les accotements (quand il y en a). Cela peut paraître basique, et pourtant nombre de personnes négligent cette règle et slaloment entre les voitures parquées, ou même sur le bas-côté de la route, où elles risquent d’être confrontées à un véhicule en mouvement.
  • S’il n’y a pas de trottoirs, marchez à gauche de la chaussée, face aux voitures qui arrivent. Vous aurez ainsi plus de chance de voir une voiture arriver, et le cas échéant, de vous écarter de sa trajectoire.
  • Si vous empruntez une piste cyclable à défaut d’un trottoir, vous devez céder le passage aux cyclistes.
  • Lorsqu’un passage pour piétons est présent à moins de 25 mètres, vous êtes tenu de l’utiliser. Si vous négligez un passage clouté, une amende de 55€ pourra vous être infligée.
  • Si un tram est en approche et à moins qu’un signal lumineux ne vous y autorise explicitement, vous ne pouvez pas traverser, même si vous empruntez un passage pour piétons. Un tram ne sera en effet pas en mesure de s’arrêter subitement. Chaque année, les conducteurs de trams bruxellois font une rencontre tragique avec des piétons imprudents.

Si vous avez un enfant avec vous

En poussette

  •  Utilisez toujours la ceinture de la poussette pour attacher votre enfant. Les jeune enfants sont en effet très vifs et ont parfois tendance à se tortiller dans leur poussette… La ceinture leur évitera donc de glisser, voire de s’échapper pour courir à la rencontre du vaste monde. 
  • Signalez la poussette. Des gadgets réfléchissants adaptés aux poussettes sont en vente. Ils signaleront votre enfant aux automobilistes.
  • Utilisez le frein. À chaque arrêt, même le plus court, bloquez les roues de votre poussette. Même s’il n’y a pas de pente, votre enfant pourrait la déplacer en s’agitant dedans.
  • N’accrochez pas de poids sur la poussette. Si vous devez transporter du matériel de puériculture, préférez un sac à dos au sac en bandoulière, moins pratique dans les transports en commun. Mettre du poids sur la poussette risque de la faire basculer.

Sur ses deux pieds

Les enfants n’ont pas les mêmes perceptions des distances, ni la même appréciation du danger que les adultes. Plus petits, ils ont également plus de mal à apercevoir un véhicule en approche. Pour couronner le tout, ils sont moins visibles aux autres usagers. Une double prudence est donc de mise.

  • Un jeune enfant devra toujours vous tenir la main, surtout pour traverser la rue.
  • Signalez votre enfant avec un équipement adapté : une veste fluo ou bien un brassard réfléchissant seront de précieux alliés. À défaut, un manteau de couleur claire pourra également permettre de le signaler aux automobilistes à la nuit tombée.
  • Si vous aller chercher votre enfant quelque part (à l’école par exemple), ne l’attendez pas sur le trottoir d’en face. Tout à son enthousiasme de vous revoir, il pourrait traverser précipitamment, sans regarder autour de lui. Allez à sa rencontre.
  • Dès qu’il est en âge de les comprendre, commencez à lui inculquer les règles de sécurité à respecter. Il vous suffira de décrire en les faisant les petits gestes à faire, tout en marchant.

Si vous avez un chien avec vous

  • Tenez-le toujours en laisse. C’est non seulement primordial pour sa sécurité, mais c’est aussi la loi lorsque vous vous déplacez dans l’espace public.
  • Votre chien doit toujours se trouver à votre gauche. Vous devrez donc être entre lui et la route. Plus petit que vous (et moins conscient des risques) il aura ainsi moins de chance d’être happé par une voiture.
  • Apprenez-lui à s’asseoir lorsque vous-même êtes à l’arrêt. Ainsi, lorsque vous vous arrêterez à un feu rouge ou devant un passage pour piétons, il fera de même.
  • Son museau ne doit pas dépasser vos jambes. Il ne doit pas vous précéder. Vous devez être devant lui, afin de réagir en situation de danger (ou tout simplement, pour ne pas le laisser s’avancer sur la route avant vous).

 

Vous êtes maintenant paré ! Armé de ces nouvelles connaissances, vous pouvez affronter la ville et ses dangers. Cependant, un accident n’est jamais évitable à 100%. Voilà pourquoi chez Seraphin, on se fait un devoir de vous protéger avant un accident… Et après. Une assurance Sécurité Conducteur en formule dans la circulation couvrira les membres de votre famille (et vous aussi) en tant que conducteur mais aussi en tant que piéton, cycliste, usager des transports en commun, motard… 

Sources : code-de-la-route.be, ibsr.be